Pour des États généraux du combat laïque, bataille de reconquête républicaine et défi de notre temps !

De nombreuses associations, des mouvements politiques et des personnalités publiques appellent à un sursaut laïque, neuf mois après un premier rassemblement place de la République à Paris.

Publié sur le site de l’hebdomadaire Marianne en juillet dernier, un appel intitulé « La racialisation de la question sociale est une impasse », a reçu un large soutien. Dans son prolongement, un rassemblement a réuni place de la République à Paris, le 20 septembre 2020, de nombreuses associations, des personnalités et de simples citoyens, qui ne s’étaient jusque-là jamais retrouvés. Ce rassemblement aura constitué une première réussite, un moment enthousiaste, celui du retour dans la rue des laïques.

Des « États généraux de la laïcité » avaient alors été envisagés, qui n’ont pu voir le jour en raison de la crise sanitaire. Entre-temps, le gouvernement a pris l’initiative « d’États généraux de la laïcité » ouverts à toutes les sensibilités, des amis aux ennemis de la laïcité, jusqu’aux représentants des cultes. La situation appelle, quoi qu’il en ressorte, une tout autre réplique, celle du combat laïque !

L’offensive des affirmations identitaires et du communautarisme, le retour de « la race » dans le débat public avec des manifestations dites décoloniales en passant par les réunions non-mixtes et autres dérives intersectionnelles, soutenues par les élites, dominent l’actualité et bénéficient de larges complicités médiatiques. Ceci, dans un contexte d’attentats islamistes qui ne faiblit pas.

« Nous ne laisserons pas la “lutte des races” balayer “la question sociale”. »

On alimente une victimisation généralisée en faisant le procès en racisme de la France, pour ne plus penser qu’en termes de minorités opprimées et d’assignations identitaires, justifiant le triste retour des tribus. On divise pour atteindre la République tout en annulant la capacité à agir des forces sociales et celle à décider des citoyens, du peuple. Un service inespéré rendu à l’ultralibéralisme ! Nous ne laisserons pas la « lutte des races » balayer « la question sociale ».

La lutte doit se mener contre toutes les formes d’exclusion. Ce n’est pas chacun selon son origine, sa couleur, sa croyance, son sexe ou son orientation sexuelle. La cause commune universelle de l’égalité des droits et de la responsabilité de ce bien représente la meilleure parade contre le racisme ! On sait où conduit le droit à la différence : à une différence des droits liberticide.

ÉCHECS DE L’ÉTAT

La laïcité de l’État protège les différences en portant au-dessus d’elles la démocratie, le politique, les droits et libertés de chacun. Car en ne leur accordant ainsi aucun privilège, elle n’en encourage aucune à prendre le pouvoir sur les autres.

L’État laïque, parce que séparé résolument de l’influence religieuse, ne voit que des individus de droit, et non chacun selon sa différence. Voilà ce que l’on veut abattre ! C’est l’égalité qui serait, selon d’aucuns, l’obstacle à une reconnaissance de la « diversité », argument trompeur pour imposer le multiculturalisme, qui signifierait la fin de notre République. Mais aussi un encouragement à l’extrême droite, toujours en embuscade.

La laïcité de l’État protège les différences en portant au-dessus d’elles la démocratie, le politique, les droits et libertés de chacun. Car en ne leur accordant ainsi aucun privilège, elle n’en encourage aucune à prendre le pouvoir sur les autres.

La loi « confortant le respect des principes de la République » apporte quelques avancées, mais aussi de nouveaux aménagements favorables aux cultes, en leur permettant de faire fructifier des biens immobiliers, tout en leur consacrant un rôle d’interlocuteur privilégié. En parallèle, l’accompagnement par l’État de la création d’un « islam de France », d’inspiration concordataire, n’est qu’un échec cuisant face au communautarisme.

Les attaques contre l’égalité femmes-hommes donnent la mesure des reculs en cours et des périls qui montent. Nous sommes comme des résistants au début du mouvement. Seul un rapport de force réel est susceptible de renverser la tendance, qui dépend d’une mobilisation générale des laïques. Voilà pourquoi il faut des « États généraux du combat laïque »*, nouveau tournant dans une bataille de reconquête républicaine qui représente le défi de notre temps !

« Cette initiative majeure doit aboutir à un cadre d’action commun avec des objectifs, des revendications »

Dans toutes les enquêtes d’opinion, une très large majorité de Français, jusqu’à 80 % d’entre eux, soutiennent la laïcité. Ce rapport de force si favorable doit pouvoir se faire entendre. Cette initiative majeure doit aboutir à un cadre d’action commun avec des objectifs, des revendications, et donc une nouvelle perspective pour le combat laïque. On pourra interpeller les candidats à l’élection présidentielle pour les y engager.

Elle permettra un état des lieux de toutes les forces mobilisables, associations, personnalités, groupes informels, qui entendent participer à cette grande cause et auxquelles pourront se mêler les citoyens. Pourrait ainsi se constituer un maillage laïque national, force réactive militante, pour riposter aux attaques et faire progresser nos objectifs. Un espace où agir ensemble dans le respect de l’indépendance de chacun et donc sans hiérarchisation des uns envers les autres.

« C’est une occasion historique de réorienter résolument notre société dans le sens du progrès »

Les « États généraux du combat laïque » auront lieu un an après le rassemblement des laïques place de la République. Et donc symboliquement, autour de l’anniversaire de la naissance de la République, le 22 septembre 1792. C’est une occasion historique de réorienter résolument notre société dans le sens du progrès et de l’émancipation de l’Homme, des Lumières universalistes, des promesses contenues dans les valeurs et principes républicains de la France.

C’est le projet d’un rassemblement humaniste comme réponse aux dérives actuelles qui mettent en péril les acquis fondamentaux de la liberté devant l’histoire, pour plus de laïcité, portant l’idéal d’une société meilleure, du bonheur commun.

Texte à l’initiative de l’Association « États généraux du combat laïque » Pour toute information écrire à : etatsgenerauxcombatlaique@gmail.com